Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2021 7 09 /05 /mai /2021 21:32
Lepetitfils : La vraie réconciliation nationale ne se fera pas avec l’exhibition des clés de la prison comme arme dissuasive. La vraie réconciliation nationale exige l’abandon des égos et les pistolets sur les tempes, des porteurs d’opinions d’alternatives ou de discours dissidentes. Elle exige ou nécessite, l’acceptation sans condition des différences nationales quelles qu’elles soient, et l’ouverture sociopolitique qui maintient le pouvoir d’état à équidistance de tous consigné et confiné, sur la même ligne de départ vers le pouvoir.

Lepetitfils : La vraie réconciliation nationale ne se fera pas avec l’exhibition des clés de la prison comme arme dissuasive. La vraie réconciliation nationale exige l’abandon des égos et les pistolets sur les tempes, des porteurs d’opinions d’alternatives ou de discours dissidentes. Elle exige ou nécessite, l’acceptation sans condition des différences nationales quelles qu’elles soient, et l’ouverture sociopolitique qui maintient le pouvoir d’état à équidistance de tous consigné et confiné, sur la même ligne de départ vers le pouvoir.

*- La Réconciliation ? Elle ne se fera, ni à la police, ni à la justice, ni avec des prisonniers politiques.

La vraie réconciliation nationale ne se fera pas, avec les discours de commodités diplomatiques, déconnectés des réalités sociopolitiques. La vraie réconciliation nationale, ne se fera pas au mépris de la liberté d’expression dans l’arène politique. La vraie réconciliation nationale, ne se fera pas au détriment de vérité crue et nue, en embastillant toutes opinions contradictoires gênantes. La vraie réconciliation nationale, ne se fera pas, par l’intimidation, en excellent dans une chasses aux sorcières, avec les clés de prison comme élément dissuasif. La vraie réconciliation nationale, ne se fera pas entre deux (2) Hommes politiques, entre deux (2) groupes de personnes, entre deux (2) tendances politiques opposé. La vraie réconciliation nationale, ne se fera pas, avec la réalité obstruée, occultée et couvert habilement par des discours creux de diversions, déconnecté de la réalité sociopolitique, et des actes quotidiens posés de gouvernances étatiques, qui portent en eux-mêmes les germes des crises. Elle ne se fera pas avec la votation législative des textes controuvée, qui ne tiennent qu’à la volonté des hommes politiques initiateurs. Non !

La vraie réconciliation nationale, se fera dans le consensus consentant, par les actes politiques désintéressés, par les actions sociopolitiques d’intérêt public, qui parlent de façon plus intelligible et de façon plus audibles, que les discours mielleuses, a commodités diplomatiques ou politiques. Le peuple souverain ivoirien, est astreint à une vraie réconciliation, pour avoir une vraie paix sociopolitique, qui est une œuvre commune de la totalité sociale souveraine, hautement politique et diplomatique. Pour la vraie réconciliation nationale, il faut le respect scrupuleux du lien social, qui est aussi hautement politique. Donc une réconciliation nationale vraie, est une œuvre sociopolitique d’union nationale consentie, de rassemblement national, de retissage social, de ré-soudage communautaire et de reformatage social. Elle est donc, « comme nous l’avons déjà dit », incompatible avec l’entretien sciemment par des discours de diversions sur la crise, dont elle a pour objet d’effacer, la douleur dans la mémoire collective traumatisée.

Et cette réconciliation nationale post-crise, nécessite qu’on arrive à réapprendre au pays consentant, à se parler en nouveau, réapprendre aux peuples consentants, à s’admettre en nouveau, et à se reconnaitre en nouveau, réapprendre aux communautés nationales diverses consentantes, à se côtoyer en nouveau, et à s’admettre mutuellement dans la concorde civile, comme l’égal, les uns des autres en nouveau, réapprendre aux hommes politiques consentants, à accepter les différences idéologiques dans l’ordre du public en nouveau, réapprendre aux citoyens ivoiriens consentants, à vivre paisiblement sans heurt, dans une société commune qui admette hétérogénéité des sous cultures nationales, en nouveau. Donc pour que la réconciliation, soit productive pour la Côte d’ivoire, elle ne peut se faire en dehors du consensus de tous d’abord, ensuite des acteurs politiques, des hommes de tous bords politiques dans un deuxième temps. Oui ! Ce sont les acteurs politiques qui sont les problèmes, ce sont eux qui font les problèmes et ce sont eux qui posent des problèmes à résoudre, ou il n’y a n’en pas, ou le commun de mortels n’en voient pas ou ne voit Rien du tout. Donc si un seul de ses acteurs politiques manque à l’appel de la réconciliation nationale, elle ne serait que de façade ou partielle, et ce seul manquant gâchera tout un jour ou l’autre. Donc, Vérité, dialogue, union, consensus, tous ensembles au chevet de la nation est la règle de la vraie réconciliation nationale.

Dès lors, la réconciliation nationale post-guerre et l’autocritique qu’il impose à chacun, est pas possible avec des hommes qui n’admettent pas la rigueur du consensus sociopolitique. Et surtout, qui n’admettent jamais s’être tromper. C’est pourquoi, un processus de réconciliation nationale, doit avoir la possibilité d’agir dans un cadre plus large que celui d’une justice judiciaire téléguidée, qui s’astreint judiciairement aux violations  supposées de droits humains individuels, à lui doigté par les tenants du pouvoir d’état. Et nous sommes convaincus qu’un vrai processus national de réconciliation, est impossible, si elle se trouve placé, sous la gouvernance judiciaire, et sous l’administration policière, avec des hommes qui veulent paraitre blanc comme neige. Malgré leurs mains aux couleurs Rouge du sang humain versé pendant la crise querellée. Surtout, pour lesquels hommes politiques «gouvernants», la paix sociopolitique, est l’absence de guerre, et l’absence de corps humains a ramassé dans la rue, et à transporté à destination des lieux de disparitions forcé. Oui, des hommes qui proscrivent la repentance et la contrition. Et qui tiennent par conséquence, la carte de la réconciliation nationale dans la main Gauche et une carte de roublardise politicienne dans la main droite, près à dribler tout le monde, après les avoir écouté et après avoir connu leurs préoccupations d’intérêt général. Or la repentance et la contrition, s’assignent comme but premier, la renonciation au désir de vengeance et l’abandon des blessures. Oui, une vraie réconciliation exige l’abandon des égos et les pistolets sur les tempes, des porteurs d’opinions d’alternatives ou dissidentes. Elle exige ou nécessite, l’acceptation sans condition des différences nationales quelles qu’elles soient, et l’ouverture sociopolitique qui maintient le pouvoir d’état à équidistance de tous consigné et confiné, sur la même ligne de départ vers le pouvoir.

Oui, la réconciliation nationale vraie dans la vérité crue, pour la vérité nue, et avec la vérité acceptée, est impérieuse, pour la mémoire des innocentes personnes victimes, Morts, Tués, Zigouillés, qui observent la terre de leurs ancêtres, bien que tuées chemin faisant vers le pouvoir d’état. La réconciliation nationale vraie, nécessite l’abandon des blessures du passé, pour pouvoir rebâtir tous ensemble, dans l’union de tous ensembles solidaires, soutenue par le consensus de la nation commune, assise sur les piliers solides de droits, de libertés, et de démocraties, qui lui éviteront de chanceler à nouveau dans un avenir proche ou même s’écrouler à jamais. Ce processus de vraie réconciliation nationale si elle est réussie à la perfection, rend toute entreprise factieuse impossible, et elle dispense de recourir à l'emploi de la force matérielle dans la conquête du pouvoir d’état. Oui, en devenant conforme à la volonté de tous, cette réconciliation nationale débouche sur un ordre conventionnel, qui désarme la violence. Elle vient interdire l’usage des actions politiques absolutistes et despotiques, en s’affirmant comme l'expression de la souveraineté du peuple. Donc, toute réconciliation a paternité d’intérêt politique, autre que celui du peuple souverain, serait Bâtarde, donc illégitime. Et toute réconciliation rattachée habilement à des intérêts politiques autres que d’intérêt général, serait voué à l’échec, donc de façade. Donc la réconciliation nationale vraie impose au pays un organisme électoral consensuel accepté par tous, d’où les populations à réconciliés, ont acquis la conviction que le résultat des scrutins électoraux à avenir reflètera, bien la volonté populaire de la totalité sociale souveraine consentante, sans interférence politique. La réconciliation nationale vraie impose, de même que, les partis politiques et les hommes, ont appris qu'ils seront traités avec égalité tout au long des futurs processus électoraux à venir.

Donc, la réconciliation nationale n’est pas compatible avec la recherche effrénée des dividendes politiciens, soutenue par la répression systématique des Crimes d’Opinion. Elle ne se fera pas non plus dans la quête des postes, des titres, et du mercantilisme de la rémunération pécuniaire. Elle ne se fera pas avec des prisonnier politiques quels qu’ils soient sans distinction de corps, en tenant compte que tous prisonnier résultant d’une crise politique est un prisonnier politique au sens propre. La réconciliation nationale ne se fera pas avec la mentalité condescendante de «Nî-Alassanî-Kâ-Mîfô», comme réfèrent Valant vérité absolue qui s’impose aux autres dans l’entendement des crânes brûlés, politicards aux comportements de souris au crâne percé dans la gestion de la chose publique. Les respects stricts de ces conditions contribuent à la vitalité et au dynamisme de la réconciliation nationale dans le temps. Puisqu’elles fortifient les principes autour desquels se construit le vivre en commun de partage dans la société. En venant organiser, les mécanismes du gouvernement politique et le mode d’accession au pouvoir d’état, qui échappe ainsi au contrôle des pouvoirs d’état. Donc la vraie réconciliation nationale dépend, d’un processus électoral, qui est soucieux de pouvoir tenir l’exigence rigoriste de la promesse républicaine de l’égalité de tous, dans la participation à la gestion des affaires publiques du pays ou de la cité, et de l’égalité de tous en droits et en devoirs, indépendamment de nos origines culturelles et sociopolitiques, de nos convictions philosophiques et de nos croyances religieuses, sans aucune politique clanique et en l’absence d’un arbitre joueur qui impose tous ses travers d’intérêts personnels ou claniques aux autres citoyens de même droit.

Donc la vraie réconciliation nationale, exige un processus électoral consensuel et propre, qui permet d’obliger la dévolution du pouvoir d’état par élection au suffrage universel direct. Le pouvoir d’état, est ainsi placé, à équidistance de tous les candidats, par des élections consensuelles, libres, transparentes, justes et ouvertes. Ainsi la vraie réconciliation nationale, fait de la république le cadre indiqué par excellence, dans lequel tous les citoyens s’expriment sur toute l’étendue de l’assiette territoriale nationale, sans craindre de se voir opposer à une chassée-gardée, ou à des petits terrains électoraux, sinon d’être agressé ou même zigouillé.  Donc la vraie réconciliation nationale, ouvre ainsi à tous les citoyens, à l’égal accès, les structures étatiques de souveraineté populaire, cela dans la reconnaissance acceptée de chacun, dans son originalité absolue à l’intérieur de l’égalité tous, et dans la citoyenneté commune accepté par tous, qui permet de gérer harmonieusement, paisiblement et politiquement. La réconciliation nationale, est avant tout, la conjugaison des actes consensuels et communs de la totalité sociale souveraine, des actes qui parlent plus que les discours politiques, souvent imposé pour éluder l’essentiel, et pour diversion. La vraie réconciliation nationale, ne se fera, ni à la police, ni à la justice, ni dans d’obscur théâtre d’ombre politique. Que la nature protège la côte d’ivoire de Félix Houphouët Boigny, Nation une et indivisible, qui se doit de garantir droit, liberté, justice juridique et justice sociale pour tous.

*- « Au Vestiaire et pour la vraie Réconciliation». De Lepetitfils Da Candy : Leader de la Légitimité Citoyenne.

*- Pour tous autres et pour ample infos compulser ci-dessous : www.dacandylepetitfils.over-blog.com

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Lepetitfils Da Candy
  • : Lepetitfils Da Candy: (Juriste politologue) militant des droits de l'homme et des libertés. Leader d'un mouvement d'utilité citoyenne la légitimité citoyenne (LC-CRS) en côte d'ivoire. Ce blog est destiné à tout les citoyens et citoyennes épris de paix ,de justice, de solidarité, de liberté, de tolérance, dans ce monde planétaire, dans lequel les hommes sont condamnés a vivre en commun dans le respect des lois que l'humanité s'est donner...
  • Contact

Profil

  • dacandylepetitfils
  • DA CANDY LEPETITFILS:
Juriste (publiciste et internationaliste) militant des droits de l'homme et des libertés publiques et leader d'un mouvement politique d'utilité citoyenne en côte d'ivoire. En exil forcé...
  • DA CANDY LEPETITFILS: Juriste (publiciste et internationaliste) militant des droits de l'homme et des libertés publiques et leader d'un mouvement politique d'utilité citoyenne en côte d'ivoire. En exil forcé...

Texte Libre

Recherche

Archives

Catégories

Liens