Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2019 2 05 /03 /mars /2019 18:06
Lepetitfils : Il est de principe universel que l’organisme électoral chargé du déroulement du processus électoral doit être à l'abri de toute ingérence de la part des autres pouvoirs d'État, principalement du pouvoir Exécutif, et faire preuve de neutralité totale et d’impartialité soutenue.

Lepetitfils : Il est de principe universel que l’organisme électoral chargé du déroulement du processus électoral doit être à l'abri de toute ingérence de la part des autres pouvoirs d'État, principalement du pouvoir Exécutif, et faire preuve de neutralité totale et d’impartialité soutenue.

L’ESSENTIEL ? CHANGER NOTRE PAYS !

 

Les activités politiques ne doivent pas être fondées uniquement sur des intérêts pécuniaires ou le lucratif. Parlons-en ! La défense des intérêts particuliers, claniques, égoïstes et égocentriques qui a nécessité le sinistre plantage de coups de poignards dans le dos des deux partis politiques ivoiriens supposés de gouvernements et des hommes politiques supposés candidats à l’élection présidentielle de 2020 à qui profite ce fractionniste crime d’escroquerie coupable dans l’arène politique ivoirienne ?  Eh bien oui, pas besoin de chercher loin. Cela profite à tous ces pantalonnades de politicards carriéristes pathologiques, d’arrivistes renégats, d’ultras nihilistes et iconoclastes déboulonnés, de néo-monarchistes débridés et d’absolutistes dans l’âme, au service d'un Gourou sectaire. Dont la haine clanique et communautariste éclipse les inavouables besognes de dynastie familiale, en mal de suprématie, de royauté, de notoriété publique, de célébrité sociale et à la recherche de biens matériels pour assouvir un vieux dessein de domination sociopolitique par le bien matériel puisé dans les caisses publiques de l’état. Ces petits-malins vulgaire Escrocs, qui se croient sur les nuages en s’appuyant sur les appartenances spécifiques abstraites, même Religieuses. Escroquerie morale et intellectuelle nous l’avons dit et répéter. Ça vient petit-a-petit. Allons seulement…

 

Ceci étant dit revenons à l’essentiel qu’est la côte d’ivoire avant tout et  la côte d’ivoire d’abord. Donc la boue rependue est faite pour la danse des sorciers en 2020. Donc pour obvier cette boue perverse, funeste et mortifère, il nous faut exiger dès maintenant une commission électorale autonome et Apolitique sans bidonnage politique. Un conseil constitutionnel judiciaire piloté par une main experte, neutre et impartial. Un découpage électoral équilibré et consensuelle basée sur la quantification de la population administrée avec le même nombre d’élus pour le même nombre d’administrés partout dans l’assiette territoriale ivoirienne. Donc en clair nous disons qu’il faut un Accord consensuel autour du processus électoral ivoirien et pour des élections générales de 2020 à venir. Dialoguer et trouver un consensus autour du conseil constitutionnel actuel, dialoguer et trouver un consensus autour de la commission électorale actuelle, dialoguer et trouver un consensus autour du découpage électoral actuel, dialoguer et trouver un consensus autour de la liste électoral actuel, dialoguer et trouver un consensus autour de l’identification actuelle des électeurs sur la base d’une nouvelle option de droit de la nationalité ivoirienne, s’il le faut, qui sont actuellement tous manifestement et indéniablement partiaux et visiblement à la solde du pouvoir en place celui d’Alassane Ouattara.

 

Surtout une commission électorale autonome et Apolitique sans bidonnage politique. Parce que lorsque dans un système électoral, certains dirigeants de l'organisme électoral sont nommés par les différents pouvoirs de l’état « exécutif, législatif et judiciaire » sur la base de leurs appartenances de liens privilégiés, avec les dirigeants de ces pouvoirs. Et/ou sont nommés par les partis politiques et les candidats indépendants en compétition, donc nommé sur la base de leur adhésion à un parti ou de leur affinité pour un certain bloc de parti, ou partisans des candidats indépendants, la neutralité dans ce cas devient logiquement incertaine, sinon impossible. L’impartialité devient inconciliable avec la défense des intérêts politiques particuliers que sous-tendent les appartenances qui nomment au sein de l’organisme électoral. Or une élection ne peut connaître de succès, que si les participants au processus électoral « candidats ou citoyens électeurs » croient que les administrateurs électoraux accomplissent leurs tâches de façon neutre et sans partialité politique.

 

Ceci est l’idéal de par le monde. Au ca contraire, l’organisme de l’administration électorale et la crédibilité de tout le processus électoral seraient mise en jeu sous l’emprise des appartenances politiques et par conséquent, la fiabilité et la réputation de tout le système électoral en souffriraient. Parce que les nominations des administrateurs électoraux pour/par raison d’appartenance signifies clairement une partialité ostensible d’intérêt politique manifeste et un parti-pris grotesque et ostensible dans le processus électoral. Ainsi face aux intérêts d’appartenances à défendre ou a surveiller, les trucages des élections seront au rendez-vous, dans  le processus électoral qui se doit pourtant d’être neutre et impartial.  Oui, il est de principe universel que l’organisme électoral chargé du déroulement du processus électoral doit être à l'abri de toute ingérence de la part des autres pouvoirs d'État, principalement du pouvoir Exécutif, et faire preuve de neutralité totale et d’impartialité soutenue.

 

Et en fin comme nous avons toujours dit et répéter, il nous faut à tout prix une désintéressée Coalition de nouvelle alliance politico-électorale dans un processus de fédération de toutes les forces vives régulatrices pour être le GYROSCOPE DU SOUVERAIN « l’état » et POUR CHANGER notre pays la côte d’ivoire de Félix Houphouët  Boigny. Au terme d’une irréversible alternance en 2020, suivi d’une gouvernance transitoire de cinq (5) ans au moins. Pour ainsi recycler cette « Renégation Hussarde Des Poltrons, dit RHDP ». Il n’y a pas deux (2) postulats, pour sortir de cette crise sociopolitique et surtout de légitimité du pouvoir d’état en place qui a tendance à s’enraciner sur la terre de nos ancêtres par un unilatéralisme absolutiste monarchique, la solution passe inexorablement par une plate-forme politique de sauvetage nationale avec tous les partis politiques soucieux du devenir de la Côte d’Ivoire de Félix Houphouët  Boigny. Que la nature protège la côte d’ivoire de Felix Houphouët Bopigny. Nation une et indivisible, qui se doit de garantir droit, liberté, justice juridique et justice sociale pour tous.

 

Un soit-dit en passant : de Lepetitfils. D-C. Leader de la légitimité citoyenne. « Convention du 28 juillet 1951 ».

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Lepetitfils Da Candy
  • : Lepetitfils Da Candy: (Juriste politologue) militant des droits de l'homme et des libertés. Leader d'un mouvement d'utilité citoyenne la légitimité citoyenne (LC-CRS) en côte d'ivoire. Ce blog est destiné à tout les citoyens et citoyennes épris de paix ,de justice, de solidarité, de liberté, de tolérance, dans ce monde planétaire, dans lequel les hommes sont condamnés a vivre en commun dans le respect des lois que l'humanité s'est donner...
  • Contact

Profil

  • dacandylepetitfils
  • DA CANDY LEPETITFILS:
Juriste (publiciste et internationaliste) militant des droits de l'homme et des libertés publiques et leader d'un mouvement politique d'utilité citoyenne en côte d'ivoire. En exil forcé...
  • DA CANDY LEPETITFILS: Juriste (publiciste et internationaliste) militant des droits de l'homme et des libertés publiques et leader d'un mouvement politique d'utilité citoyenne en côte d'ivoire. En exil forcé...

Texte Libre

Recherche

Catégories

Liens